Une initiative du Réseau Avant de Craquer
(Une fédération d’organismes voués au mieux-être de l’entourage d’une personne atteinte de maladie mentale.)
1 855 CRAQUER
(272-7837)

Pour aider sans filtre, cherchez ici :

Plan de rétablissement et la place des membres de l’entourage

Dans l’épisode 7 de CAP vers l’entourage, Catherine Champagne, intervenante à l’Association Le PAS, a abordé la question du plan de rétablissement et l’importance de laisser ça dans les mains de notre proche.
Nous avons demandé à Marie-Claude Jacques, chercheure et professeure en sciences infirmières, ce qu’est un plan de rétablissement et comment est-il possible d’impliquer les membres de l’entourage ?

“Il se peut que votre proche se voit offrir un plan de rétablissement. En fait je le souhaite à toutes les personnes qui sont prises avec des problèmes de santé mentale, plus importantes en tout cas, qui affectent le fonctionnement. Dès qu’on a un problème de santé mentale qui nous empêche d’étudier ou de travailler, ou qui nous empêche d’accomplir nos activités familiales ou sociales, ça nuit à notre capacité à prendre soin de nous-mêmes. Ça va prendre du temps pour se rétablir et ça prend de l’aide.

Il faut vraiment faire la différence entre un plan de rétablissement et un plan de traitement. Un plan de traitement est souvent mené par un médecin ou un psychiatre, parfois par d’autres professionnels. Ils viennent traiter une maladie, diminuer les symptômes ou les faire disparaître c’est encore mieux. Ça c’est un volet d’un plan de rétablissement.

Le problème de santé mentale que tu as t’emmène peut-être certains handicaps, difficultés ou peut-être que tu as moins de concentration qu’avant. Ou là ça fait longtemps que tu es à l’hôpital ou en hébergement. Et là tu aimerais être autonome, en appartement. Il y a peut-être des choses que tu peux essayer. C’est quoi ton projet de vie ? Que veux-tu faire, veux-tu retourner à l’école ? Est-ce que tu veux te faire une blonde ? bref, c’est un plan de rétablissement. Ça touche toutes les facettes de la vie de la personne et c’est vraiment intéressant parce que là, au lieu d’être axé sur comment guérir ta maladie, c’est axé sur comment tu veux construire une vie intéressante même si tu as une maladie ou un trouble de santé mentale.

Impliquer des membres de l’entourage c’est vraiment intéressant quand c’est possible. D’abord c’est la personne qui décide. C’est la personne qui a une maladie qui elle va dire « voici pour moi ce qui est important ». Ensuite cette personne, il faut qu’elle se sente à l’aise et il faut qu’il y ait une communication ouverte entre tous pour pouvoir, avec le professionnel de la santé (l’infirmier social, l’ergothérapeute par exemples) qui va avoir un rôle un peu pivot de coordonner ce plan de rétablissement là. Il faut vraiment parler ouvertement et du rôle de chacun. Tout le monde doit être à l’aise là-dedans. Ça peut être très varié. Je ne peux pas vous dire « voici ce que vous devez faire précisément ». Ça va être tout simplement basé sur le projet de vie de la personne, sur ce qu’elle veut faire, sur ses besoins et sur quel rôle vous pouvez jouer là-dedans pour l’aider. Et cheminer là-dedans dans son propre rétablissement. ”

Pour en apprendre davantage et découvrir différents outils, le Centre d’excellence  : https://cnesm.org/bibliotheque-virtuelle/dossiers-thematiques/plan-dintervention-plan-de-retablissement/